18 octobre 2018 : pensions et retraites en danger !

, par udfo24

Journée d’action spécifique retraités 18 octobre 2018

Prise de parole pour le G9 En Dordogne le G9 est composé de la CGT- de FO- de la CFECGC- de la CFTC- de la FSU- de la FGRFP- de LSR- de l’ADRA- et d e l’ANRP (Josette Gosset)

Aujourd’hui, nous sommes très nombreux à Périgueux, retraités du privé, de la fonction publique, des services publics et de l’agriculture. Nous sommes tous, indignés, exaspérés. Notre colère ne retombe pas. Nous exprimons un ras-le-bol, face à un Président qui ment. Il méprise les Français, il oppose les catégories sociales et stigmatise les retraités, les chômeurs, les étudiants, les pauvres et les migrants. Il a entrepris de casser dans la tête des Français, de la classe ouvrière, l’esprit de Résistance, l’idée même de contestation, de rébellion. Il tente de façonner une conscience d’acceptation, de fatalité, de résignation, de culpabilisation, d’individualisme. En cela, il est bien accompagné par son gouvernement et sa majorité à l’Assemblée nationale. La composition du gouvernement Philippe 3 renforce sa volonté de gouverner encore plus à droite. Il dit entendre et écouter. Pourtant il poursuivra ses réformes. Par ses attaques tout azimut, à marche forcée, à cadence infernale, d’une fulgurance inouïe, Par ses sorties médiatiques bien orchestrées, il accélère le démantèlement de notre modèle social. Nous sommes outrés lorsqu’il dit à un chômeur de traverser la rue pour trouver du travail et scandalisés lorsqu’il ose dire à une retraitée d’arrêter de se plaindre alors qu’elle ne perçoit qu’une retraite en dessous du minimum vieillesse !

Monsieur le Président : Vous ne nous culpabiliserez pas ! Nous agirons jusqu’à l’obtention de nos justes revendications !

Par leur travail, 40 ans au moins, les retraités ont permis les progrès des sciences et la création de richesses Par leurs cotisations, ils ont été solidaires des générations précédentes. Par leurs luttes, ils ont obtenu et maintenu des acquis pour un progrès social pour tous. Leur implication familiale, associative et dans bénévolat, en fait un des moteurs économique et social de la société. L’importance du rôle qu’ils jouent et de la place qu’ils occupent dans la société exigent qu’ils puissent bénéficier des moyens nécessaires et suffisants pour pouvoir vivre une retraite épanouie, en pouvant se nourrir, se soigner, se loger, se cultiver et se divertir correctement jusqu’à la fin de leur vie. Nous continuons à dénoncer avec force, la hausse de la CSG, qui accentue une nouvelle fois le transfert du financement de la Sécurité sociale des cotisations vers l’impôt et la fiscalisation.

Nous dénonçons la ridicule augmentation des pensions et retraites à hauteur de 0,3% en 2019 et 2020, alors que les prix ont augmenté de 2,3% ces douze derniers mois, sans oublier tous les mauvais coups de ces dernières années : hausse de 0,3% de la CASA, suppression de la 1/2 part fiscale pour les personnes vivant seules ayant élevé au moins un enfant ou encore fiscalisation des majorations familiales. En trois ans, sur le montant d’une pension moyenne, c’est un mois de pension qui a été pris dans la poche du retraité.

Les pensions et les retraites doivent être indexées sur les salaires et non sur l’inflation”. C’est un recul social de plus de 70 ans que nous subissons. Nous réaffirmons que la pension de retraite doit rester un acquis par le versement des cotisations et non devenir une simple allocation sociale.

La baisse drastique de notre pouvoir d’achat a de graves conséquences pour notre département, dans les domaines notamment de l’action sanitaire et sociale, mais également sur le front du développement économique. Déjà lourdement pénalisées par la baisse des dotations de l’État, que viennent aggraver les politiques de transferts de charges, non compensées, les Collectivités territoriales et en premier lieu le Conseil départemental sont directement affectées par les incidences de cette mesure, qui ne va en rien relancer la consommation et donc la croissance. Comment répondre aux demandes d’aides qui ne vont pas manquer de se développer ? Comment faire face aux situations des personnes qui ne vont plus pouvoir payer leur maison de retraite ou leur EHPAD ?

Le Président élu avait promis ne pas toucher à notre pouvoir d’achat. Mais nous considérant comme des nantis, il le diminue et veut mettre fin à tous nos acquis sociaux. Il anticipe ce qu’il veut faire avec sa réforme de retraite par points en 2019. Tout le monde est concerné, déjà retraités d’aujourd’hui, les futurs retraités, les actifs.

Il est inacceptable qu’une nouvelle fois ce soient les salariés, les retraités qui soient mis à contribution parce que le gouvernement a fait le choix de servir les riches et les entreprises. Les moyens de financement de toute notre protection sociale, de notre sécurité sociale, sont là, il faut juste la volonté politique, en toute justice et équité : “le pognon de dingue”, n’est pas dans notre poche. Et ce n’est pas fini, les mesures fiscales pour 2018-2019 vont profiter aux revenus des 1% les plus riches tandis que les 20% des plus pauvres y perdront. Le CAC 40 ne s’est jamais aussi bien porté, avec des bénéfices pour les entreprises concernées passés de 55 milliards d’euros en 2015 à 77 milliards d’euros en 2016. Les dividendes distribués en 2017 ont atteint un record depuis 2006 (44 milliards d’euros) et 80 milliards d’euros sont perdus chaque année à cause de fraude fiscale...

Ce n’est pas aux retraités qui ont travaillé toute leur vie de payer ce qui devrait l’être par les employeurs.

Les retraités sont en colère et n’apprécient pas d’être les dindons de la farce. D’autant que le sacrifice ne servi-ra pas les nouvelles générations, bien au contraire, à qui on veut insuffler, à marche forcée, la fin du régime de retraite par répartition, avec la fin des pensions de réversion et bien d’autres reculs sociaux encore sur fond de liquidation de la Sécurité sociale au profit du gang des assurances privées.
Cela mérite une riposte sans faille, aujourd’hui et encore dans les jours et semaines à venir. Depuis la grande manifestation du 3 juin 2014 au Champs de Mars à Paris, les actions faites dans l’unité de l’intersyndicale n’ont jamais faibli sur tout le territoire. L’énorme succès des manifestations a incité le premier ministre à effectuer un tout petit geste, à exonérer d’augmentation de la CSG quelques retraités… en 2019.
Ce premier recul reste bien trop limité pour calmer les retraitées en colère, c’est un encouragement à une mobilisation encore plus massive pour :

- obtenir la suppression de l’augmentation de la CSG ;
- la revalorisation de toutes les pensions ;
- l’indexation des pensions sur les salaires :
- le maintien des pensions de réversion, sans condition de ressources ;
- la prise en charge de la perte d’autonomie à 100% par la sécu.

Des associations de retraités nous rejoignent. Le but étant de multiplier les rassemblements de protestation, partout, des petits villages aux grandes villes et nous continuerons jusqu’à faire plier ce gouvernement.

Lire de tract d’appel à la mobilisation ->
Lire la déclaration lue à la préfecture de Dordogne ->
Lire le communiqué « Après le 18 octobre » ->
Lire l’article de l’Echo Dordogne du 16/10/2018 ->
Lire l’article de l’Echo Dordogne du 19/10/2018 ->