Retraites

, par udfo24

3.5 millions de manifestants, mais le gouvernement reste sourd !
Lire le tract intersyndical :

Partout en France, les salariés du public comme du privé scandaient à l’unisson :

« Nous ne voulons pas de ce projet de loi, nous voulons une autre réforme des retraites ».

Les salariés rejettent les passages de 60 à 62 ans pour l’ouverture des droits et de 65 à 67 ans pour la retraite à taux plein sans décote.
Ils appuient massivement les propositions notamment celle de FORCE OUVRIERE pour un autre financement de nos retraites.

- 1% d’augmentation des salaires, c’est 0,65 milliard d’euros de cotisations pour les retraites.
- Mettre à contribution l’intéressement et la participation (17,5 milliards d’euros en 2007), souvent distribués en lieu et place de salaires, représenterait jusqu’à 3 milliards d’euros pour les retraites.
- Les stock-options (2,2 milliards d’euros en 2007) ne sont taxées qu’à 10%, une taxe contributive pour les retraites de 6,65% rapporterait 0,15 milliard d’euros pour les retraites.
- Compenser intégralement les exonérations de cotisations de Sécurité sociale (22% de la part patronale du secteur privé en 2009 ! soit 36 milliards d’euros depuis 1991) rapporterait 1 milliard d’euros pour les retraites.
- Taxer à 5% les bénéfices des entreprises non réinvestis dans la production (100 milliards d’euros en 2008), c’est 5 milliards d’euros pour les retraites.
- Enfin, si les cotisations d’assurance-vieillesse ont effectivement doublé depuis la ventilation des cotisations par branche (1er octobre 1967), passant de 8,50% à 16,65%, force est de constater que depuis près de vingt ans (1er février 1991), le taux de cotisation n’a évolué que de 0,20 point (le 1er janvier 2006). Pour Force Ouvrière, le taux de cotisation peut et doit évoluer, et un point sous plafond c’est 4,2 milliards d’euros pour les retraites.

Nous étions encore trés nombreux ce samedi 16 octobre mais nous devons être encore plus nombreux dans les rues le mardi 19 octobre 2010.