XXIIème CONGRES DE FO : les points forts

, par udfo24

Le congrès FO s’est achevé vendredi 18 Février à Montpellier après cinq jours de travaux. Le lendemain, Jean Claude Mailly a été réélu secrétaire général pour un troisième mandat avec 5829 votes sur un total de 5898.

A cette occasion FO a offert l’image d’une organisation soudée autour de son secrétaire pour défendre fermement les positions de l’organisation.

Le ton a été ferme sur la défense des piliers de la République sociale :

- le service public,
- le maintien d’une protection sociale collective
- la hiérarchisation des normes (respect des valeurs juridiques des principes généraux du droit notamment en matière de fonctionnement des services publics, en matière d’application du droit social et plus particulièrement l’existence des conventions collectives et de statuts nationaux).

Ces trois piliers sont très attaqués par le gouvernement et le patronat.

L’accent a été mis également sur l’organisation du travail, la prise en charge publique et non privée de la dépendance et sur la nécessité d’une vaste réforme de la fiscalité.

Pour FO l’augmentation des rémunérations reste une revendication prioritaire.

FO n’a pas oublié le discours très social du Président Sarkozy à Genève en 2009 à l’OIT. Il soulignait « il est chimérique et irresponsable de croire que les peuples subiront sans rien dire les conséquences de la crise ». Aujourd’hui, on parle de constitutionnaliser la rigueur. Il ne peut y avoir deux discours différents à Genève, à Paris ou Bruxelles.

La réforme de la représentativité ne met pas en péril l’avenir de notre organisation.

FO est sur une pente ascendante, n’en déplaise à ceux qui rêvent d’une bipolarisation du syndicalisme.
Même si nous reculons à La Poste à EDF-GDF, les camarades gardent leur représentativité.

FO se développe, la progression est sensible à ADP, la RATP et AIRBUS.
FO vient de récupérer 24000 ex UNSA POLICE, 3500 hôtesses et stewards du SNPNC, 8000 à 9000 professeurs du SNETAA, deux nouveaux syndicats jusqu’ici affiliés à la CGC ont rejoint nos rangs, il s’agit des cadres des douanes et de la navigation aérienne.

Les adhérents du privé pèsent de plus en plus dans l’organisation. Ils représentent 60% des troupes.

Pour continuer à se développer dans le privé nous devons mieux articuler les relations entre les structures nationales fédérales et locales. Ce fut un des grands thèmes de travail du congrès.

FO souhaite toujours l’annulation de la réforme sur la représentativité. La plainte déposée auprès de l’OIT devrait être examinée en Mars. Dans tous les cas de figure, nous n’avons pas dit notre dernier mot.
Notre opiniâtreté irrite certains. C’est le signe qu’ils ne sont pas aussi confiants qu’ils le disent.

FO a toujours été et reste une organisation réformiste. Le syndicalisme réformiste et militant est celui qui construit pas à pas les conditions d’une meilleure protection sociale, ouvre par l’engagement collectif les voies du progrès et de la justice sociale.

Forte de son indépendance, libre de ses actes et fière de ses revendications, FO continuera à défendre ce réformisme militant notamment par le recours à la pratique contractuelle et à la négociation collective, en protestant et en revendiquant sur les bases de l’indépendance syndicale, de la liberté de comportement, de l’exigence et la détermination dans l’action.

Il n’y a pas de réformisme sans contestation et pas de syndicat sans revendication.

Fait à Périgueux le 1er mars 2011,

Le Secrétaire Général,
Jacques PAULIAT.

< Nous vous invitons à consulter les résolutions sur le site FO en cliquant sur ce lien >